Plus de la moitié d’entre eux s’épilent les parties génitales, et nombreux s’attaquent aussi aux aisselles ou au sillon interfessier, au point de troubler un certain ordre genré, en acceptant d’être des objets du désir, souligne la chroniqueuse Maïa Mazaurette.

La suite

Share this post

Laisser un commentaire

× Sextoy, libertinage ou relation sérieuse?
%d blogueurs aiment cette page :