Tinder, c’est plus de 50 millions d’utilisateurs à travers le monde. Alors forcément, au milieu de tout ça, les probabilités de matcher sur cette application de rencontre avec la mauvaise personne et de se retrouver au cœur d’une situation cocasse sont loin d’être inexistantes. En attendant la bonne pioche et histoire de relativiser les fails qui rythment nos aventures sentimentales 2.0, nous vous avons demandé de nous raconter vos pires rencards Tinder entre sueurs froides et gros fous rires.

Heïdi, 19 ans : “Il n’a rien voulu boire parce qu’il venait de se brosser les dents”

“Sa proposition ? Que l’on se retrouve à la gare avant de prendre un verre dans un bar qu’il connaissait bien. En l’attendant, je me suis faite sifflée et insultée, pire endroit du monde. Quand il est arrivé, je lui ai proposé de monter dans ma voiture pour aller dans la ville voisine – une ville nettement plus sympa – mais il a refusé. On s’est retrouvé dans un PMU où il n’a rien voulu consommer parce qu’il venait de se laver les dents ! Du coup, j’ai pris un diabolo pour fuir rapidement. Il a finalement parlé pendant deux heures de toutes ses conquêtes sexuelles (qu’ils ramenaient chez ses parents) et de ses ex. Il m’expliquait aussi qu’il était un super prof d’éducation sexuelle. Gêne totale. Je l’ai ghosté sans explication.”

Julie, 26 ans : “Je lui propose de venir un copain, et là…”

“J’avais un rendez-vous Tinder avec un mec. Puisque j’étais avec une copine et qu’on passait une bonne journée, j’ai proposé à mon rencard de venir avec un copain. Plus on est de fou, plus on rit, et je ne voulais pas planter mon amie. Bonne nouvelle, mon rencard est partant. Mauvaise nouvelle, je le vois arriver avec un mec… que j’ai rencontré la semaine précédente, via Tinder aussi ! Ambiance, ambiance dans ce petit monde.”

Hortense, 30 ans : “Le mec est à deux doigts de me montrer ses aphtes pour avoir mon avis…”

“Nous fixons un premier rendez-vous après avoir papoté quelques jours. Je vais le chercher chez lui car il a problème de voiture. Déjà, physiquement, déception. Mais je prends mon courage à deux mains et je me dis que ça vaut le coup d’essayer. On se retrouve autour de nos verres et là, il commence à me poser plein de questions concernant sa santé car je suis infirmière. Le mec a des aphtes dans la bouche, des boutons sur le corps et j’en passe ! Un véritable rendez-vous médical… Comment ne pas prendre ses jambes à son cou ?”

Valérie, 29 ans : “On s’installe pour prendre un verre et là, qui vois-je ?”

“Le gars arrive et ne ressemble pas du tout aux photos. Il a l’air hyper jeune. Je me fais violence, on va prendre un verre, on s’installe et là… mon ex s’installe en face de nous. J’étais rouge de honte pendant tout le date et j’ai simulé l’appel urgent d’une amie pour m’échapper…”

Lucie, 32 ans : “Pour une fois, j’ai cru que j’avais rencontré quelqu’un de bien…”

“Au départ, tout se passe bien. Le mec est fidèle à ses photos, plutôt sympa et intéressant. On discute pendant deux heures et mon cœur de midinette s’emballe. Enfin quelqu’un de bien ! J’ai envie d’y croire, parce que ça me change, et parce que ça me fait du bien. Au moment de partir, je me demande s’il va me faire le coup du dernier verre parce que je ne suis pas contre. J’hésite à lui proposer de venir chez moi. L’instant est long, nous sommes hésitants. Je me lance enfin et il me répond avec enthousiasme : oui allons chez toi, ma copine est chez moi ce soir.”

Audrey, 29 ans : “Pire radin du monde !”

“Le rencard de l’enfer. A peine on s’installe, le mec me demande qui va payer. Je trouve ça dingue, je dis moitié-moitié si ça te va, imaginant alors qu’il est en galère. Pourtant je découvre que sa situation est bonne, du moins c’est ce que laisse transparaître son récit. Au moment de l’addition, on part donc sur un moitié-moitié, mais comme sa bière a coûté moins cher que mon cocktail, il me dit non, pas moitié-moitié, toi c’est huit euros…”

Anastasia, 31 ans : “Je retombe sur un copain du collège et je ne m’attendais pas à ça du tout”

“Dans le petit monde Tinder, je tombe sur une vieille connaissance du collège. On matche et on décide de se voir. Un rencard sans pression avec un mec que je “connais”, qui m’a l’air toujours aussi beau… Et si, quinze plus tard, la chance de flirter avec lui s’offrait à moi ? On se retrouve, l’ambiance est plutôt détendue. Sauf que je me tends assez vite. Je m’attendais à ce que l’on parle de nos souvenirs et de nos vies actuelles, mais le mec ne cesse de me demander si je me souviens de machine et de machine, parce qu’il a couché avec elles. Au final, j’ai eu le droit à un bilan photos de classe et coucheries… Au moment de partir, il m’a invité chez lui. J’ai décliné.”

Elise, 25 ans : “Le mec n’en avait que pour mes seins, l’oppression”

“Il fixait mes seins pendant tout le rendez-vous. Juste mes seins. Il ne m’écoutait pas. Et quand je lui posais des questions, j’avais l’impression de le déranger. J’ai vite remis ma veste mais ça ne l’empêchait pas de rester dans son truc. Je me suis demandé s’il n’avait pas un léger strabisme, mais non. Quand j’haussais le ton, juste pour voir, il sursautait légèrement et matait mes yeux une seconde avant de redescendre. C’était hyper gênant. J’ai fini par partir, il a essayé de me retenir, du genre “Déjà ? Mais on passait un super moment…”. Tellement drôle.”

Merci au compte Instagram @mesaventures_tinder, illustré, juste et divertissant, qui nous a mis en relation avec plusieurs témoins.

La suite

Share this post

Laisser un commentaire

× Sextoy, libertinage ou relation sérieuse?
%d blogueurs aiment cette page :