Intuitivement contre-nature, les jeux de douleur donnent du plaisir à ses adeptes, qui s’en servent parfois aussi comme thérapie. Mais la stigmatisation sociale pèse lourd, alors que le masochisme imprègne nos sociétés occidentales, explique la chroniqueuse de « La Matinale » Maïa Mazaurette.

La suite

Share this post

Laisser un commentaire

× Sextoy, libertinage ou relation sérieuse?
%d blogueurs aiment cette page :