Je prends des initiatives
Je n’attends pas que l’homme me propose de faire ci ou de faire ça. J’ai envie de ce restaurant, de faire l’amour (et le tour du monde) et surtout de partir en week-end demain. Alors je prends les devants, je lui demande (ou pas), j’organise et je savoure.

Je mène ma petite vie
Comme je l’entends. J’aime voir Lucie le lundi et Sophie le mardi, j’adore le tricot et je déteste la télé. Alors je continue de vivre selon mes habitudes et je ne me prive de rien (ou pas grand-chose) pour lui, parce qu’il serait dommage qu’un beau jour je lui reproche de m’empêcher d’être moi-même.

Je vois ce que j’ai (avec lui)
Mon mec ne me dit pas “je t’aime” mais ça crève les yeux, il ne m’offre pas de fleurs, mais il cuisine comme un amour, il sort souvent avec ses copains mais il accepte de déjeuner avec ma mère un dimanche sur deux. Alors j’arrête de voir tout ce qu’il ne fait pas et ne m’apporte pas, parce que de l’autre côté de la balance, ça pèse.

J’arrête de tout compter
On a eu que quatre rapports sexuels dans le mois, c’est lui qui a choisi les 3 dernières séries Netflix, on a vu ses parents deux fois plus que les miens et j’ai fait à manger 1,4 fois plus que lui. Autant de chiffres qui me dépriment et ne servent à rien. La vie n’est pas un tableau Excel et le bonheur ne vient pas du fait de le remplir avec des gros chiffres.

Je ne raconte plus ma vie aux copines
A force de me plaindre aux copines de mon mec, j’arrive parfois à ne plus le supporter. Et parfois, force est de constater que certaines amies ne se gardent pas de me dire que l’homme est un “abruti”. Moi, au fond, je l’aime, alors j’arrête d’étaler ses défauts à tout-va, ça évite de les faire grossir inutilement à mes yeux.

Je l’écoute
Même s’il a eu trois entretiens cette semaine pour des boîtes aux noms que je ne retiens pas, je fais l’effort de noter un minimum. Au moins l’heure et le lieu, la tronche du RH qu’il a vu et la date de la réponse qu’il attend. Ça m’évitera de dire que mon mec ne dit jamais rien et ne se confie pas à moi (et qu’il n’a pas besoin de moi), alors que c’est moi qui me suis faite à cette idée et n’entends plus rien.

Je ne le prends pas pour mon psy
J’arrête d’attendre de lui du réconfort toutes les cinq minutes, des conseils de partout et des solutions de génie. Non pas qu’il ne soit pas doué pour ça, mais d’abord il peut fatiguer, ensuite ne pas tout miser sur lui m’évitera d’être déçue la fois où il me dira “débrouille-toi comme une grande”.

Je ne me compare pas aux autres couples
Ils ont l’air parfait, les autres. Chez eux, l’herbe est très verte, ils font l’amour tous les midis et tous les soirs, on dirait qu’ils se sont trouvés et qu’il n’y a jamais d’ombre, ils sont bien mieux que nous, on ne fait jamais l’amour le midi et parfois, on se fâche (fort). J’arrête ça tout de suite parce que ça ne mène à rien à part me donner l’impression que mon couple sent la chaussette. Surtout que les autres ne sont jamais aussi frais qu’ils ne le paraissent. 

Je ne pense plus à sa place
Il ne veut pas aller à cette soirée de toute façon, je l’ai énervé avec mon histoire, il se force à me faire l’amour… Je me fais très facilement du mal en imaginant ce qu’il pense et pire, l’homme serait triste de découvrir que je le vois comme un méchant garçon.

J’arrête les questions bêtes
Tu m’aimes ? Tu penses quoi de cette fille ? Tu me trompes ? Non mais tu m’as déjà trompée dans un rêve ? Que de questions inutiles qui vont l’énerver et dont je n’aurai pas la réponse (et la liberté folle d’imaginer les pires).

Je ne cherche pas à le changer
L’homme préfère sa console Playstation 5 au piano de cuisine, le Rap US à la Variété française, les burgers-frites au chou kale… bref l’homme est qui il est. Et à force de vouloir le changer, je perds de mon énergie inutilement et je finis déçue. Je l’invite simplement à faire quelques efforts de temps à autre, et moi je fais l’effort de l’aimer pour qui il est. C’est ce que j’ai toujours fait de mieux jusqu’ici et ce que je ferai de mieux en 2021 !

La suite

Share this post

Laisser un commentaire

× Sextoy, libertinage ou relation sérieuse?
%d blogueurs aiment cette page :