Les uns demandent l’éradication de certains « interdits » pour libérer la sexualité (collectivement), d’autres leur réhabilitation pour libérer leur sexualité (individuellement). Des stratégies d’évitement qui masquent la peur, ou la flemme, d’explorer toute l’ampleur du sexe « licite », selon la chroniqueuse de « La Matinale » Maïa Mazaurette.

La suite

Share this post

Laisser un commentaire

× Sextoy, libertinage ou relation sérieuse?
%d blogueurs aiment cette page :